La protection sociale

Les systèmes nationaux de sécurité sociale, dont le but est de garantir la protection sociale, sont mis sous pression comme conséquence de la mondialisation, d'une concurrence accrue entre certains Etats membres afin de diminuer leurs normes sociales, des changements démographiques et des effets de la crise actuelle. La structure et les instruments de ces systèmes varient d'un Etat membre à l'autre mais l'UE peut établir des indicateurs et des objectifs communs, par exemple, afin de réduire le nombre de personnes ne pouvant subvenir à leurs besoins fondamentaux (comme se nourrir ou se loger) et n'ayant pas accès aux soins de santé.

Le PSE appelle à la création, dans tous les Etats membres, d'allocations sociales pour les personnes retraitées, au chômage ou dans l'incapacité de travailler, axées spécifiquement sur leurs besoins afin de leur garantir une vie dans la dignité. Nous avons besoin de normes dans le cadre des politiques sociales, de la santé et de l'éducation nationales afin de contribuer à la lutte contre la pauvreté et contre les inégalités ainsi qu'au développement socioéconomique de l'UE. Au vu du vieillissement de notre population, le PSE propose d'adopter des objectifs européens en matière de prise en charge et de soins pour les personnes âgées, inspirés de ceux adoptés pour la petite enfance.

Le salaire minimal constitue un instrument important de la protection sociale dans la plupart des Etats membres, car il permet d'éviter que les personnes ne se retrouvent en situation de pauvreté. Afin de garantir cette protection à tous les citoyens européens et d'aider les autorités à appliquer cette disposition de la façon la plus efficace possible, nous devons examiner la possibilité d'introduire une directive-cadre pour des régimes adéquats de salaires minimaux au niveau européen. Cette directive-cadre doit prévoir une définition commune européenne sur le caractère 'adéquat' et sur les adaptations régulières des revenus par rapport aux augmentations du coût de la vie.