«Investissons dans l’économie européenne, investissons dans la jeunesse», déclare le PSE au Conseil européen

01/03/2012
Photo de famille

À l’aube du sommet européen du 1er mars, le Parti socialiste européen (PSE) a demandé à l’UE d’investir dans l’économie et dans la jeunesse. Dans une lettre ouverte au Conseil européen, le PSE critique durement les politiques menées actuellement par les conservateurs. «Les réductions des dépenses publiques, la dérégulation accélérée du marché du travail et la libéralisation du secteur des services ne sont pas les bonnes solutions», stipule la lettre.

Sergei Stanishev, Président du PSE: «A cause des obsessions des conservateurs, l’UE n’a pris aucune mesure en faveur de la croissance et de l’emploi depuis maintenant deux ans. Dans notre lettre, nous insistons sur la nécessité d’investir dans l’économie européenne et dans la jeunesse. Nous devons promouvoir des politiques d’emploi progressistes appropriées et nous concentrer sur l’investissement social. Aujourd’hui, les citoyens européens sont plus que jamais conscients de cela». Faisant référence à la campagne de François Hollande en France, M. Stanishev a ajouté: «Nous sommes sur le point d’assister à un réveil des valeurs progressistes, notamment lors des élections françaises».

Hannes Swoboda, président du groupe des Socialistes et des Démocrates au Parlement européen (S&D) a déclaré: «L’Europe doit revenir sur la voie progressiste. La croissance durable et l’emploi sont la seule solution pour sortir du cercle vicieux dans lequel nous ont entraînés les politiques d’austérité conservatrices, et c’est aussi la seule façon de réduire les déficits budgétaires.»

Nous insistons avant tout sur l’instauration d’une garantie pour la jeunesse en Europe, une politique phare du PSE et un engagement politique à assurer à chaque jeune un emploi, un enseignement postscolaire ou une formation professionnelle après quatre mois de chômage. Cette garantie, dont le financement serait notamment assuré par 10 milliards d’euros provenant de fonds européens non utilisés, est l’une des priorités de 2012 et est déjà examiné par des experts en vue de sa mise en œuvre à l’échelon européen. Les autres points clés de la proposition des leaders sont le renforcement de l’activation du marché du travail, la réforme du système éducatif et l’amélioration des conditions cadres pour les entreprises européennes.

La lettre ouverte explique également en détail quelles sources de financement devront être mobilisées pour mener à bien cette proposition: une vaste réforme du budget de l’UE, des systèmes fiscaux nationaux plus efficaces et plus justes et la mise en œuvre à grande échelle de la taxe sur les transactions financières, qui permettrait de générer jusqu’à 200 milliards d’euros par an.

Pour plus d'information, veuillez contacter Brian Synnott, Conseiller Media et campagne du PSE, +32 (0)474 98 96 75, brian.synnott@pes.org