Un plan de sauvetage pour la zone euro

Ces dernières années, les citoyens européens ont été confrontés à la pire crise économique qu’ils aient connu depuis la grande dépression des années 1930. Cette crise, financière au départ, n’a pas tardé à se transformer en un véritable marasme à l’échelle du continent à cause des Conservateurs gouvernant l’UE, qui n’ont pas pris les mesures appropriées.

Au lieu de proposer un plan solide et structuré en vue d'une action collégiale de l'UE, ils ont adopté une politique fondée sur l’austérité et ont cherché à créer des divisions inacceptables entre les États membres les plus puissants et les plus vulnérables de l'UE. Mais cette politique a montré ses limites. Lors des récentes élections, les citoyens ont sanctionné l’approche conservatrice et ont élu des leaders progressistes qui se sont engagés à investir dans des politiques de croissance et de création d’emplois.

Le PSE et ses partis adhérents proposent une solution progressiste à la crise, qui pourrait être appliquée dès maintenant:

La gouvernance économique 

Job seekers

Le programme de gouvernance économique adopté récemment est destiné à renforcer la gouvernance économique dans l'UE, et en particulier dans la zone euro. Les mesures proposées jusqu'à maintenant sont essentiellement axées sur la réduction des déficits nationaux et ne tiennent aucun compte de la croissance et de l'emploi.

S'il est vrai qu'il est indispensable de maîtriser les budgets nationaux, cela ne peut être le seul objectif de la politique économique. Outre le fait que les mesures d'austérité ont tendance à aggraver les récessions économiques, l'UE ne doit pas oublier qu'il est essentiel de créer de l'emploi et de dynamiser la croissance pour combattre la crise. Il faut investir dans les principaux secteurs créateurs d'emplois et ouvrir la voie à une croissance durable (par exemple, les énergies renouvelables). 

Le mécanisme de sauvetage

Le PSE défend depuis longtemps l'idée que le mécanisme européen de stabilité financière doit pouvoir intervenir directement sur le marché et acheter des obligations souveraines. Cet instrument doit être étayé par des garanties collectives solides afin de dissiper le sentiment d'inquiétude dont usent les marchés pour contrer les États.

Euro-obligations 

Il convient également de mettre en place un système d'euro-obligations dans la zone euro. Les États membres devraient pouvoir émettre, avec l'appui de l'UE, des obligations souveraines, jusqu'à 60 % de leur PIB. Cela signifie que les pays pourraient se financer eux-mêmes à des taux d'intérêt raisonnables, du moins pour une partie de leur dette.

Au-delà d'un seuil donné, la plupart des pays paieraient leur propre taux d'intérêt individuel, sans la garantie de l'UE.

Les euro-obligations pourraient alors servir d'incitation à maintenir le niveau de la dette en-deçà du seuil convenu et aider les pays à financer les principaux secteurs économiques.